Robert Reeb : un artisan-chocolatier à Atlanta [en]

Troisième génération de chocolatier, bon père de famille et entrepreneur Robert Reeb a passé plus de 38 ans à partager sa passion pour les patisseries et les chocolats fins français à Atlanta.

Pour les habitants de Chamblee, Robert Reeb, bon père de famille et patron de sa boutique a nourri bien plus que leur faiblesse pour les sucreries. Ses clients ne peuvent se passer de ses truffes, pâtisseries et chocolats faits-maison.

JPEG - 96.6 ko
Robert Reeb, with his father and daughter pictured in the background

Pourquoi ses confections sont-elles aussi délectables ? La qualité du cacao est sans surprise un ingrédient important, mais pour les habitués, c’est surtout grâce à son esprit de famille. Issu d’une lignée de chocolatiers, Robert a effectué trois années d’apprentissage à Metz, sa ville natale, auprès de son père avant d’aller étudier en Suisse. Ses expériences ont nourri sa passion pour cet art culinaire et l’ont préparé à perpétuer la tradition familiale en devenant la 3ème génération de chocolatier.
« Je suis heureux de faire vivre un aspect de l’artisanat français et de transmettre mon savoir-faire, » explique-t-il.

La Suisse a également changé la vie de Robert. Alors qu’il travaillait dans un hôtel, il a rencontré Patricia, une collègue américaine qui est devenue sa femme. La famille de Patricia a tout de suite reconnu le potentiel de Robert et a encouragé le jeune couple à venir s’installer aux États-Unis pour faire fortune et vivre le rêve américain. Patricia et Robert se sont alors envolés vers l’Amérique pour s’installer d’abord à Houston, puis à Kansas City, et enfin, à Atlanta où ils ont ouvert leur restaurant en 1977. La première semaine, les affaires étaient lentes.

« Pour faire passer le temps, ma femme tricotait derrière la caisse, » explique Robert, en riant.

En peu de temps, l’activité s’est mise à battre son plein obligeant Robert à embaucher du personnel. Ainsi, la Maison Robert n’a pas fermé ses portes pendant trois années consécutives, offrant peu de répit à son propriétaire pour rentrer en France visiter sa famille. Après plusieurs années passées à offrir le petit-déjeuner, déjeuner, dîner, à servir Delta Airlines, et les Atlanta Braves, Robert a pris la décision rediriger son entreprise et de la consacrer à sa passion : la confection de chocolats. Malgré un menu plus restreint, l’affaire familiale n’a cessé de grandir, jouissant d’une large popularité alimentée par le bouche à oreille. Chaque jour, Robert, aux côtés de sa femme et de sa fille Katia, la nouvelle propriétaire de la boutique, fabrique à la main 1800 à 1900 chocolats, à partir d’ingrédients de haute qualité. Les truffes au chocolat noir et les bûches à la noisette sont les favorites des clients locaux, bien que Robert insiste que les effets bénéfiques du chocolat noir sur la santé ne sont rien d’autre que des histoires :

JPEG « J’encourage mes clients à manger du chocolat au lait. C’est ce que je préfère depuis toujours. C’est plus onctueux et plus sucré. »

Lorsqu’il a du temps libre, ce maître-chocolatier, travailleur infatigable, profite de la nature avec son fils qui vit sur la côte Ouest. Ensemble, ils ont parcouru tous les parcs nationaux américains, excepté celui de Yellowstone, randonné pendant dix jours dans les Pyrénées et gravi le Mont Blanc. En plus de la beauté des paysages et de la qualité de l’exercice offertes par cette activité, Robert apprécie de rencontrer d’autres montagnards venus du monde entier. Dans les années qui viennent, Robert compte se rendre d’Acadia au Quebec.

Robert admet que son parcours a certainement été plus aisé que celui de beaucoup d’autre entrepreneurs français qui ont cherché à s’installer aux États-Unis. Prévenant, discret, et spirituel il adopte une approche très rationnelle lorsqu’il évoque l’avenir, que ce soit le sien, ou celui de sa famille. Et pour ceux qui songent à venir aux États-Unis, il n’hésite pas à leur offrir un conseil, spécialité de la Maison Robert :

« Apprenez votre métier. Aimez-le et acceptez de ne pas avoir cinq semaines de vacances. Armez-vous de patience et tout marchera bien. Si vous acceptez ces règles, alors votre avenir sera une réussite. »

Dernière modification : 01/11/2015

Haut de page