Laure Dassé : portrait d’une « tisseuse interculturelle » [en]

JPEGSi vous participez à un événement de la communauté française en Caroline du Nord, particulièrement à Charlotte, il y a de fortes chances que vous rencontriez une jeune brune, sérieuse, au regard vif et scrutateur. Femme d’affaires, triathlète, passionnée de langues et cultures étrangères—Laure Dassé porte plusieurs casquettes, mais c’est surtout sa passion pour les échanges interculturels qui la motive d’aller au-delà de son devoir professionnel pour tisser des liens avec sa communauté.

Installée à Charlotte depuis 2009, cette native de la région parisienne a toujours senti, à la différence de sa famille, une attirance pour l’international. Après des études de langues étrangères appliquées à Paris-12, elle a entamé une carrière dans le commerce international en Allemagne, pendant trois ans, suivie d’un an en Suède.

Ayant gardé un très bon souvenir de son court séjour, à l’âge de 19 ans, dans l’Ohio, elle a eu la chance inouïe de « gagner » une carte verte du premier coup ! C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée d’abord à Portland, dans l’Oregon et ensuite à Charlotte en Caroline du Nord où elle a travaillé entre autre comme directrice des opérations pour un groupe allemand, et depuis 2011, pour la Chambre de commerce franco-américaine de Charlotte.

« J’adore la France, mais c’est bien ailleurs aussi, » explique l’ancienne passionnée d’athlétisme, convertie aux triathlons. « J’aime beaucoup être confrontée tous les jours à une culture nouvelle. Une expatriation, c’est s’adapter, changer ses habitudes  ».

Cet état d’esprit d’ouverture et de curiosité se traduit bien dans son travail de directrice exécutive de la chambre de commerce franco-américaine de Caroline du Nord où elle organise de nombreux événements dynamiques et intéressants pour ses adhérents. La chambre promeut les relations économiques franco-américaines et sert de relais entre les entreprises françaises installées dans la région et les entreprises américaines qui ont des intérêts en France.
Quand elle en a pris la tête en 2011, Laure Dassé a rapidement perçu une demande très forte de personnes ayant besoin de renseignements sur la vie pratique. « Cela me passionne car je suis passée par là. Je sais que ce n’est pas évident quand on vient de s’expatrier. » En puisant dans sa propre expérience, elle aide les nouveaux arrivant avec les questions de logement ainsi que les questions culturelles telles que les lois du travail aux États-Unis, une différence culturelle majeure qu’elle remarque toujours, même après dix ans d’expatriation.

En effet, Laure Dassé trouve beaucoup de plaisir à servir, en quelque sorte, de trait d’union culturel, par le biais, notamment, de formations interculturelles auxquelles elle participe. Sa vie personnelle reflète cette passion de partage avec des invitations qu’elle lance aux Américains à découvrir ce qui lui manque la plus : la culture des échanges autour d’un repas, « tel que nous le faisons en France » .

JPEG - 175.3 ko
Laure Dassé au Bastille Day Festival à Charlotte en 2014

Son nouveau projet, en partenariat avec l’Alliance française de Charlotte, consiste à réunir toute la communauté francophone et francophile pour la première édition de la Soirée de la Francophonie le 20 mars.

« Avec l’Alliance française, nous avions envie de créer un évènement fédérateur. Dans mon travail à la Chambre, j’ai constaté que chacun travaillait de son côté.  » Même si la communauté française de Charlotte s’est rapprochée depuis le rassemblement de solidarité organisé spontanément après les attentats de janvier à Paris. La communauté francophone comprend également des organisations suisses, africaines, haïtiennes et belges. « Cet événement formera un pont entre toutes ces communautés et je pense que cela ne sera que le début d’une belle collaboration.  »

Laure Dassé a de nombreux projets en tête. Notamment, elle ressent le besoin d’un système éducatif français à Charlotte. Elle s’intéresse à la nouvelle École française de Raleigh ainsi qu’à d’autres initiatives semblables et elle rêve avec ses collègues français d’ouvrir, un jour, une école française dans cette ville du Sud en pleine croissance.

« J’adore ma vie américaine, mais les liens avec la France, on ne les perd jamais. J’espère que notre communauté continuera à se rapprocher et s’entraider. »

Avec des gens motivés et dynamiques comme Laure Dassé, tout est possible.

Dernière modification : 27/02/2015

Haut de page