Christof Veillon, un homme aux multiples amours

JPEG Certains disent qu’il y a deux types d’homme : celui qui se laisse guider par sa tête, et celui qui se laisse guider par le cœur. Après quelques minutes de conversation avec Christof Veillon, il ne fait aucun doute qu’il appartient à cette seconde catégorie d’hommes. C’est en effet par amour du théâtre qu’il a poursuivi une carrière d’acteur et par amour tout court qu’il s’est expatrié à Atlanta.

Christof Veillon n’avait jamais imaginé s’installer aux Etats-Unis, et encore moins y faire carrière. En fait, sa passion pour le théâtre s’est développée relativement tard. Elevé dans une famille qui ne donnait pas particulièrement d’importance à la chose artistique, c’est son enseignant de français au lycée qui, pour la première fois, lui a fait découvrir le monde du théâtre. Afin de préparer l’examen du Bac, ce professeur avait en effet conduit sa classe à assister à la représentation de l’œuvre de « l’Ile aux Esclaves » de Marivaux. Christof Veillon, encore jamais exposé à la magie théâtrale, a décidé ce jour là d’en faire son métier.

Peu après, il quittait sa ville natale de Lyon pour Paris, où il étudiait au Cours Florent. Il est monté sur scène pour la première fois à l’âge de 19 ans. Depuis, il a joué sur les scènes prestigieuses de la Comédie Française, du Théâtre de la Ville de Paris, ainsi qu’en Italie, en Autriche ou encore en Slovaquie. De plus, il a joué dans plusieurs longs métrages et lectures scéniques diffusées par France Culture.

Grâce à sa rencontre avec un metteur en scène avec lequel il avait travaillé sur plusieurs projets, il a découvert un nouvel amour, cette fois pour une jeune américaine, Jennifer, qui travaillait sur la traduction de l’œuvre de Bernard Marie Koltès en américain, dans le cadre du U.S. Koltès Project d’Atlanta. Christof Veillon avait alors mis les petits plats dans les grands, autour de sa célèbre recette de ratatouille, afin de séduire la jeune femme qu’il est maintenant fier d’appeler son épouse. Le couple s’est marié et a déménagé à Atlanta en 2010.

Ce qui a le plus marqué Christof Veillon à son arrivée a été la vue aérienne spectaculaire de la ville, au milieu des bois. Lecteur insatiable, cinéphile, amoureux de la nature, il a également été impressionné par la diversité et l’énergie créatrice d’Atlanta. « Atlanta donne l’image d’une ville où l’on peut créer, changer, proposer de nouvelles idées… bref où tout est possible. Quel sentiment exhilarant ! J’ai vécu près de 20 ans à Paris et la vie d’acteur y était plus difficile. On a l’impression, peut-être à tort, que tout y a déjà été fait » dit-il.

Comme beaucoup de ceux qui se sont expatriés aux Etats-Unis par amour, il n’est pas toujours évident d’y construire une carrière à partir de zéro. Et pourtant, Christof Veillon s’est vite mis au travail afin de se créer un réseau de contacts. Très vite, le Théâtre du Rêve (TdR), troupe de théâtre francophone d’Atlanta avec qui il avait travaillé par le passé depuis Paris, lui a offert une excellente opportunité d’emploi. Il a maintenant travaillé sur de nombreux projets avec le TdR, comme acteur mais aussi comme metteur en scène, ainsi qu’avec l’Alliance Française d’Atlanta (ex : pièce-hommage sur Serge Gainsbourg). De plus, il a obtenu deux rôles majeurs dans des films indépendants et a récemment joué dans le dernier film de James Wan, « The Conjuring ». Ceci est d’autant plus remarquable que Christof Veillon doit faire face à la barrière de la langue.

« A mon arrivée sur le territoire américain, je parlais à peine anglais. Bien que mon épouse soit américaine, nous parlons le français à la maison, surtout depuis l’arrivée de notre premier enfant il y a cinq mois de cela ». Il nous explique qu’au tout début, il arrivait une heure et demi en avance à ses auditions afin de récupérer le texte écrit. Il s’exerçait ensuite à la bonne prononciation du texte par téléphone avec son épouse, sur le parking ! Ses efforts ont vite été récompensés et il représente dorénavant un acteur important de la scène artistique locale. « La vie d’un acteur aux Etats-Unis est bien plus précaire qu’en France, où l’on bénéficie de nombreuses structures de soutien. Mais j’ai maintenant le sentiment d’être au bon endroit, au bon moment » dit-il.

Tout en rêvant de gloire sur le long terme, Christof Veillon souhaite pour l’instant se concentrer sur les opportunités qui se présentent localement. Il est notamment particulièrement enthousiaste de proposer des cours de théâtre franco-anglais pour enfants et bientôt pour adultes. Il travaille également sur une série de petites présentations théâtrales dans le cadre de la coopération entre le Théâtre du Rêve et le High Museum durant l’exposition de ce dernier sur le Jardin des Tuileries qui sera présentée à l’automne. Il souhaite enfin profiter pleinement de son nouveau rôle de père. La fille de Christof Veillon, June Marguerite, est son tout dernier et plus précieux amour. Alors qu’il regarde vers un avenir plein d’opportunités, le bonheur de sa fille est dorénavant sa priorité. « Le reste suivra »…

Dernière modification : 29/04/2013

Haut de page