La FDA propose de nouvelles règles pour tester des traitements contre la maladie d’Alzheimer à des stades précoces

En 1906, le Docteur Alois Alzheimer remarquait des paquets de fibres entremêlées et des masses anormales dans le tissu cérébral d’une femme morte d’une maladie mentale inconnue dont les symptômes comprenaient des pertes de mémoire, des problèmes de langage et un comportement imprévisible [1]. Depuis cette première description, la maladie d’Alzheimer a été étudiée plus en profondeur, mais, malgré les recherches importantes sur ce sujet, les causes précises ne sont pas encore connues et les scientifiques sont toujours à la recherche d’un traitement. La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative entraînant une altération des facultés cognitives du malade (mémoire, langage, raisonnement, ...). [2]

Aux Etats-Unis, la recherche sur la maladie d’Alzheimer a pris un nouveau tournant sous la présidence de Barack Obama, qui en a fait un projet phare de son mandat à travers le ’National Alzheimer’s Project Act’ [3, 4]. Dans ce cadre, la FDA (US Food and Drug Administration) vient de proposer une première version d’un manuel de recommandations destiné à l’industrie pharmaceutique afin de développer de nouveaux traitements contre la maladie d’Alzheimer visant des stades précoces de la maladie.

La maladie d’Alzheimer en chiffres

La maladie d’Alzheimer touche actuellement 5,4 millions d’américains. Un américain sur 8 de plus de 65 ans est atteint de la maladie d’Alzheimer, cette proportion s’élevant à 1 sur 2 parmi les américains de plus de 85 ans. C’est la 6ème cause de décès aux Etats-Unis. Entre 2000 et 2008, une augmentation de 66% des décès dus à cette maladie a été observée alors même que les décès induits par les autres principales maladies mortelles (cancer du sein, de la prostate, maladies cardiaques, accident vasculaire, SIDA) ont diminué. En effet, la maladie d’Alzheimer est la seule à ne pas bénéficier de traitement permettant de la prévenir, la guérir ou même la ralentir [5, 6].

En 2012, les coûts engendrés par la maladie s’élevait à 200 milliards de dollars, dont 140 à travers les programmes Medicare [7] ou Medicaid [8] et ce, sans compter les 17,4 milliards d’heures de soins assurées par les amis et la famille des patients, évaluées à 210,5 milliards de dollars. Si aucun changement n’est opéré, 16 millions d’américains auront la maladie d’Alzheimer en 2050, élevant les coûts à 1 100 milliards de dollars, ce qui en fait un problème majeur de santé publique. Bien sûr, l’apparition de nouveaux traitements permettrait de modifier cette projection. En effet, la découverte d’un traitement ralentissant la progression de la maladie de 5 ans réduirait le nombre de personnes à un stade sévère de la maladie de plus de 65% et économiserait 197 milliards de dollars par an d’ici 2050 [9].

De nouvelles règles de conduite pour développer des traitements pendant les phases précoces de la maladie

Entre 1998 et 2011, 104 nouveaux traitements ont été testés pour soigner la maladie d’Alzheimer ou la ralentir. Parmi ces essais, 101 ont été des échecs et seuls 3 traitements (ciblant les symptômes) ont vu le jour, soit un taux de succès de 1 traitement sur 34 testés, de quoi désespérer l’industrie pharmaceutique [10] ! L’été dernier encore, les résultats de deux essais développés par Eli Lilly sur les effets du Solanezumab sur des patients atteints d’Alzheimer à des stades intermédiaires ou sévères montraient l’échec de ce médicament. Pourtant, l’analyse groupée de ces 2 essais semblait présenter un léger effet bénéfique chez les patients à un stade intermédiaire. De nouveaux essais du Solanezumab sont maintenant projetés sur une population de 1.000 volontaires âgés de 70 à 85 ans à un stade pré-symptomatique de la maladie [11]. Cependant, les règles actuelles d’approbation d’un nouveau traitement contre la maladie d’Alzheimer par la FDA exigent que les médicaments montrent un effet sur les troubles de la pensée mais aussi sur le comportement des patients en général [12]. Tester des traitements à des stades où la maladie ne présente pas de symptôme évident nécessite donc une modification des lignes de conduite des essais thérapeutiques.

Le 7 février 2013, la FDA a présenté un nouveau guide destiné à l’industrie pharmaceutique s’intéressant à la maladie d’Alzheimer afin de développer des traitements ciblés sur des stades précoces de la maladie. En effet, la communauté scientifique semble aujourd’hui s’accorder sur le fait que la maladie pré-existe chez les patients bien avant la déclaration des symptômes. Afin d’évaluer la présence de la maladie avant l’apparition de symptômes visibles, différents biomarqueurs ont été identifiés, tels que la mesure du niveau des protéines β-amyloïde ou Tau dans le cerveau et dans le liquide céphalo-rachidien [13]. Trouver des traitements chez ces patients permettrait donc d’agir avant que le cerveau ne soit déjà trop endommagé pour espérer obtenir un quelconque effet.

Dans son nouveau document intitulé ’Guidance for Industry Alzheimer’s Disease : Developing Drugs for the Treatment of Early Stage Disease’ [12], la FDA donne son opinion sur les sujets suivants :

1) Qui recruter dans les essais cliniques ?
La FDA "soutient l’idée d’enrichir les populations des essais avec les patients les plus susceptibles d’évoluer vers une démence manifeste en utilisant des critères cliniques ainsi que des critères basés sur les biomarqueurs."

2) Comment évaluer l’efficacité d’un traitement ?
La FDA n’est cependant pas encore prête à autoriser la mise sur le marché de traitements dont l’efficacité ne serait basée que sur la mesure de biomarqueurs spécifiques de la maladie d’Alzheimer. "Tant que la communauté scientifique ne sera pas globalement d’accord sur l’utilisation d’un biomarqueur particulier pour prédire un bénéfice clinique, (la FDA) ne sera pas en mesure d’envisager l’approbation (d’un traitement) uniquement basée sur l’utilisation d’un biomarqueur."

Afin de cibler des stades plus précoces de la maladie, la FDA propose donc d’utiliser d’autres tests cliniques spécifiques des stades précédant la démence afin d’évaluer les effets des médicaments sur les capacités cognitives des patients, comme le "Clinical Dementia Rating - Sum of Boxes score". Une autre possibilité serait d’évaluer l’efficacité d’un traitement en mesurant le délai jusqu’au diagnostic de la démence.

Trouver d’ici 2015 un médicament permettant de reculer de 5 ans l’apparition de la maladie diminuerait de 9 à 16% le nombre d’américains de plus de 65 ans touchés par la maladie et réduirait les coûts de 447 milliards de dollars en 2050 [5]. On voit donc clairement la nécessité d’orienter et de faciliter les essais thérapeutiques vers des stades précoces de la maladie afin de trouver de nouveaux traitements ou de révéler les effets de drogues déjà testées à des stades tardifs de la maladie mais sur lesquels elles n’étaient pas efficaces.

— 

[7] Medicare : programme du gouvernement américain de l’assurance-hospitalisation et assurance-maladie volontaire des personnes âgées de 65 ans et plus ainsi que pour certaines personnes handicapées de moins de 65 ans.

[8] Medicaid : programme du gouvernement américain d’hospitalisation et d’assurance médicale pour les personnes de tous âges dans les limites de certains revenus

Pour en savoir plus, contacts :
- [1] Alzheimer’s Disease, Fact sheet - Alzheimer’s Disease Education & Referral Center, NIH , http://redirectix.bulletins-electroniques.com/9qESY
- [3] Obama administration presents national plan to fight Alzheimer’s disease - U.S. Department of Health & Human Services, http://www.hhs.gov/news/press/2012pres/05/20120515a.html
- [4] Alzheimer : les Etats-Unis veulent un traitement d’ici 2025 - BE Etats-Unis 283, http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69524.htm
- [5] 2012 Alzheimer’s Disease Facts and Figures - Alzheimer’s association- Fact sheet, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/0WMvx
- [6] Site web de l’Alzheimer’s association, http://www.alz.org
- [9] Changing the Trajectory of Alzheimer’s Disease : A National Imperative - Alzheimer’s association, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/WUkaQ
- [10] Researching Alzheimer’s Medicines : Setbacks and Stepping Stones - PhRMA, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/efwas
- [12] Guidance for Industry Alzheimer’s Disease : Developing Drugs for the Treatment of Early Stage Disease - FDA, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/QIIJ4

Sources :
- [2] Définition de la maladie d’Alzheimer - Association France Alzheimer, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/nvgxg
- [11] FDA outlines path to test Alzheimer’s drugs earlier - Reuters, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/Hgm50
- [13] Revising the definition of Alzheimer’s disease : a new lexicon. Dubois B, Feldman HH, Jacova C, Cummings JL, et al. Lancet Neurol. 2010 Nov ;9(11):1118-27.

Rédacteurs :
- Juliane Halftermeyer, deputy-sdv.at@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Origine :
BE Etats-Unis numéro 322 (1/03/2013) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72402.htm

Dernière modification : 28/03/2013

Haut de page