Les cliniques de fertilité aux USA : difficile de concilier éthique et "business"

Depuis 1981, année de la première naissance issue d’une Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux Etats-Unis, le marché des cliniques de PMA est en plein essor. Pour se faire une place, les cliniques développent de nouvelles techniques afin de diminuer les coûts et d’augmenter le taux de réussite des PMA. Cependant, cette course vers l’avant peut poser des questions éthiques et nécessite éventuellement une régulation des nouvelles solutions proposées aux couples ayant un désir d’enfant.

L’infertilité aux Etats-Unis

Selon le Department of Health & Human Services des Etats-Unis, l’infertilité est définie comme l’impossibilité pour une femme de tomber enceinte après un an d’essai, ou 6 mois chez une femme de plus de 35 ans [1]. Les causes de l’infertilité sont nombreuses et peuvent provenir de la femme comme de l’homme. Aux Etats-Unis, 6% des femmes mariées ayant entre 15 et 44 ans sont infertiles, soit 1,5 millions [2], et 11,9% des femmes entre 15 et 44 ans ont déjà eu recours à des services destinés à remédier à la stérilité, soit 7,4 millions [3].

Selon les causes à l’origine de la stérilité, les médecins peuvent rediriger les patientes ou leurs compagnons vers différents traitements afin de les aider à concevoir un enfant. L’une de ces méthodes est la procréation médicalement assistée.

La procréation médicalement assistée

La PMA consiste à prélever les ovules de la femme afin de les féconder avec le sperme de l’homme in vitro, puis d’implanter l’embryon ainsi formé à l’intérieur du corps de la femme. Il existe plusieurs types de PMA, plus de 99% de celles réalisées aux Etats-Unis étant des fécondations in-vitro (FIV) [4]. Lors d’une FIV, la fécondation de l’ovule avec le sperme est réalisée au laboratoire et l’embryon est ensuite réintroduit dans l’utérus de la femme. Si la cause de la stérilité du couple concerne les ovules de la femme ou le sperme de l’homme, ces couples peuvent alors avoir recours à des dons de gamètes.

En 2010, les 443 cliniques transmettant leur bilan annuel au CDC (Center for Disease Control and Prevention) indiquent avoir réalisé 147 260 cycles de PMA, conduisant à la naissance de 61 564 enfants (et 47 090 accouchements). Aujourd’hui, aux Etats-Unis, environ 1% des enfants ont été conçus par PMA [5].

Une nouvelle méthode moins chère mais qui soulève des questions éthiques

Dans ce contexte, l’accès à ces méthodes de traitements de l’infertilité reste restreint aux couples ayant les moyens de s’offrir les services de ces cliniques, tous ces traitements étant très couteux.

Le Docteur Zeringue, exerçant dans une clinique en Californie, a ainsi identifié une nouvelle niche pour développer l’activité de sa clinique : réduire le coût de ces traitements en proposant aux couples un forfait à 9 800$ (récemment relevé à 12 500$), remboursés si la femme ne tombe pas enceinte. Cela correspond environ à la moitié du prix classique des FIV [6].

Pour pouvoir proposer une telle offre, le Dr Zeringue s’appuie sur le don d’embryon, une possibilité offerte aux couples ayant déjà eu un enfant grâce à la PMA et souhaitant donner les embryons surnuméraires pour aider d’autres couples à devenir parents [7]. Mais il va ici plus loin et crée directement dans la clinique de nouveaux lots d’embryons à partir de dons de sperme et d’ovules. La clinique devient ainsi propriétaire des embryons, qu’elle peut ensuite revendre. Les futurs parents ont la possibilité de sélectionner leur embryon selon le profil de chaque donneur (taille, couleurs des yeux, ...). Une fois que la clinique a réuni plusieurs couples s’accordant sur la même "combinaison" sperme/ovule, elle obtient alors par FIV une dizaine d’embryon (comme dans une FIV classique) qu’elle va ainsi répartir à travers les différents couples, chacun obtenant 2 ou 3 embryons provenant de la même fécondation. Ces embryons provenant de la fécondation de sperme et d’ovule issus de personnes n’ayant pas de problème de fertilité, chez une grande majorité des couples, cette FIV conduit à une grossesse. Cependant, en faisant le choix de passer par cette clinique, les parents, qui payent moins cher, acceptent d’avoir un enfant avec lequel ils n’auront aucun lien génétique et qui aura sûrement plusieurs frères et soeurs biologiques dans d’autres familles.

Le Los Angeles Times, qui a relayé cette information, se pose alors la question de l’éthique de cette technique [6]. En effet, la clinique crée, contrôle et possède des embryons. Les experts semblent aujourd’hui partagés sur la question. Certains n’y voient pas de problèmes, d’autres sont "horrifiés". Par ailleurs, la question d’eugénisme se pose aussi à travers le choix des donneurs sur des critères physiques. Le comité d’éthique de la société américaine de médecine reproductive (American Society of Reproductive Medicine) se réunira en janvier afin de discuter les questions soulevées par ces nouvelles techniques.

Pour en savoir plus, contacts :
- [1] Infertility : Frequently Asked Questions, US Department of Health and Human Services, Office of Women’s Health. http://redirectix.bulletins-electroniques.com/P8TeJ
- [2] Key Statistics from the National Survey of Family Growth, Infertility. http://www.cdc.gov/nchs/nsfg/abc_list_i.htm#infertility
- [3] Key Statistics from the National Survey of Family Growth, Infertility Services. http://www.cdc.gov/nchs/nsfg/abc_list_i.htm#infertilityservices
- [4] CDC, National ART Success Rates, 2010 National Summary. http://apps.nccd.cdc.gov/art/Apps/NationalSummaryReport.aspx
- [5] What is Assisted Reproductive Technology, http://www.cdc.gov/art/
- [7] Embryo Donation, Fact sheet, American Society for Reproductive Medicine. http://www.asrm.org/Embryo_Donation_factsheet/

Sources :
- [6] An ethics debate over embryos on the cheap, LA Times - http://www.latimes.com/health/la-me-embryo-20121120,0,2040530.story

Rédacteurs :
- Juliane Halftermeyer, deputy-sdv.at@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Origine :
BE Etats-Unis numéro 313 (18/12/2012) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71761.htm

Dernière modification : 18/12/2012

Haut de page