Rose Catherin, ambassadrice de l’économie rhônalpine à Atlanta

Avec un premier bureau à Atlanta, et un autre bureau à Philadelphie ouvert il y a trois ans, il ne fait aucun doute qu’en tant que directrice de la branche américaine de la société d’accompagnement Entreprise Rhône-Alpes International (ERAI), Rose Catherin est la détentrice d’une des nombreuses clefs du dynamisme économique d’une des régions les plus attractives de France. A cheval sur 21 pays dans le monde, ERAI est aux avants postes du développement économique de la région Rhône Alpes à l’international. Depuis maintenant 8 ans, Rose Catherin veille à l’accompagnement sur mesure des PME rhônalpines dans leur démarche d’implantation industrielle et commerciale sur le territoire américain.

Originaire de Rhone-Alpes et ayant grandi dans le Var, Rose suit des études en affaires et finances internationales à l’Université de la Méditerranée de Marseille, puis à l’Université Pierres Mendès-France à Grenoble. C’est en soufflant la bougie de sa 20ème année qu’elle saisit l’occasion d’un stage à Atlanta dans le cadre de ses études. À la suite de cette première expérience qui lui ouvre les portes d’une carrière dans le commerce international aux États-Unis, elle s’établit à Atlanta en 2002 et travaille alors pour la société de transport et logistique Mid-America Overseas en tant que jeune cadre commercial, avant de rejoindre ERAI comme gestionnaire de projets en 2004.

Jeune diplômée, Rose doit s’habituer très vite à son nouvel environnement, commençant une carrière sur les chapeaux de roues et devant remettre à plus tard ses rêves de voyage sur le grand territoire américain. Peu habituée à l’accent du sud, la barrière de la langue est le principal obstacle qu’elle rencontre à son arrivée. Vivant chez une famille américaine, elle raconte comment elle dû surmonter ses difficultés de communication et s’adapter au pays. Aujourd’hui, elle est pleinement intégrée dans la communauté locale et s’implique régulièrement dans les activités de la Chambre de Commerce franco-américaine et des Conseillers du Commerce Exterieur. Elle collabore également avec énergie et enthousiasme aux activités du consulat et à France-Atlanta.

Le pays qu’elle découvre est un pays qu’elle décrit comme très dynamique, plein d’opportunités et de cultures différentes, mais aussi un pays en transition ces dernières années : « La récession économique de ces quatre dernières années a obligé les Etats-Unis à se renouveler et évoluer très rapidement ». Aux États-Unis, Rose a pu constater le changement dans la remise en question des façons de vivre et des comportements des entreprises, vers plus d’ouverture sur le monde extérieur, plus de concurrence et de prises d’initiatives. Tout particulièrement frappée par la crise économique, qui a surtout touché les secteurs de la construction et des services dans la région d’Atlanta, Rose raconte les difficultés auxquelles elle a du faire face dans l’accompagnement des PME aux États-Unis entre 2008 et 2009, « alors que les sociétés françaises étaient dans une situation d’attentisme vis-à-vis des Etats-Unis. Une situation qui prend fin lorsque la crise touche le continent européen. On se rend alors compte de l’ampleur internationale de cette crise et lorsque les projets reprennent, il s’agit de projets structurants d’implantations et d’achats, plus axés sur le long terme ».

Fort de 10 ans d’expérience sur le territoire américain, Rose apprécie le très bon vivre de la ville d’Atlanta : « Même si ce n’est pas un endroit auquel on pense automatiquement en venant aux Etats-Unis, il faut reconnaître le dynamisme important et la facilité avec laquelle ont peut s’intégrer dans la région, tant pour les entreprises que sur le plan personnel. Avec son magnifique climat, son aéroport et son secteur industriel, la région d’Atlanta est une sorte de petit paradis perdu en expansion où on a la chance de pouvoir travailler et vivre, sans oublier de voyager ». Globetrotteuse dans l’âme, Rose a vite rattrapé son rêve américain en faisant le tour du pays. De Los Angeles à Boston, elle a découvert la richesse d’un pays gigantesque à travers les nombreuses variations de cultures, de gastronomies, d’environnements et d’économies. Ce qu’elle retiendra des Etats-Unis ? « C’est la grande liberté dont on bénéficie à la fois dans son travail et sa vie quotidienne, la possibilité de pouvoir tout entreprendre sous sa propre responsabilité, de se fixer ses propres limites, en somme, de rester maître de son destin ».

Dernière modification : 13/08/2015

Haut de page