Claire Schlumberger, entre l’Ecole du Samedi d’Atlanta et une famille pour le moins cosmopolite

JPEG Claire Schlumberger à toujours été passionnée par les langues, de « véritables passerelles entre les cultures ». Elle ne surprend donc personne dans son entourage en choisissant très tôt de s’orienter vers des études de langues étrangères à La Sorbonne, pour ensuite poursuivre son parcours universitaire à l’Institut Supérieur d’Interprétariat et de Traduction.

Son profil d’interprète l’amène en Allemagne, une première expérience à l’étranger qui sera lourde de sens pour son avenir : elle y rencontre en effet son futur mari, Axel. Elle Française, lui Allemand, ils passeront les prochaines années à chercher « une terre commune » pour y élever leur famille de 3 enfants.

Après un séjour de quelques années en Suisse, la famille Schlumberger déménage en Alabama, où Claire y est critique littéraire pour le quotidien The Anniston Star. Cependant, c’est finalement à Atlanta que la famille décide de s’installer sur le long terme, une ville où elle s’y sent chez elle. Claire aime par dessus tout le caractère « chaleureux et ouvert » des habitants d’Atlanta, qu’elle qualifie de « petite grande ville ». « En ce sens, la capitale géorgienne bénéficie des avantages d’une grande ville – cosmopolite – tout en restant une ville à taille humaine, familiale avec une réelle proximité entre ses résidents » nous dit-elle.

Au fil de ses années d’expatriation, dans une famille où le français se mêle à l’allemand et à l’anglais (sans oublier l’espagnol que ses enfants étudient à l’école !), Claire Schlumberger a souffert du manque d’infrastructures d’enseignement en français pour ses enfants. A son arrivée à Atlanta en 2002, elle découvre l’Ecole du Samedi, qui vient d’ouvrir ses portes.

Cette association offre ainsi des cours de consolidation et d’apprentissage du français tous les samedis, et ce pour tous niveaux (18 mois à adultes). L’école du Samedi tient compte du rythme de progression des enfants et propose deux programmes : un premier pour les enfants d’origines francophones et un second pour les enfants dont la langue maternelle n’est pas le français. Ainsi, sur 130 enfants âgés de 18 mois à 12 ans, plus de 20 nationalités sont représentées, avec la langue française comme trait d’union. 

Ses trois enfants sont parmi les premiers inscrits de cette association ! De plus, Claire décide très vite de prendre une part active à la gestion de l’association, en tant que membre du conseil d’administration tout d’abord, puis en tant que directrice exécutive dès 2005. « Il existe une réelle demande, un besoin d’apprendre et de perfectionner le français de la part des membres de la communauté francophone résidant dans la région » déclare-t-elle. « Cette association est également un merveilleux point de rencontre des cultures francophones à Atlanta ».

Après avoir passé des années à chercher ce lieu que tous les membres de la famille Schlumberger peuvent appeler « home », Claire ne se voit rester nulle part ailleurs : « Aucun des mes enfants n’est né dans le même pays, mon mari est Allemand, je suis Française… Les Etats-Unis sont finalement notre point d’ancrage. Si une autre expatriation est encore envisageable, elle sera de courte durée et nous reviendrons ici. Mon mari et moi avons d’ailleurs acquis la nationalité américaine il y a quelques mois de cela » conclut-elle.

Aujourd’hui Claire Schlumberger partage son temps entre l’éducation de ses enfants, ses fonctions à l’Ecole du Samedi, son travail de traductrice freelance et ses loisirs, comme le yoga – dont elle est doublement certifiée – la lecture et le cinéma. Cependant, son passe-temps favori est de flâner dans les magasins de Buford Highway, « véritable concentré du melting pot à l’Américaine »… mais peut-être pouvons-nous rebaptiser cette expression de « melting pot à la Schlumberger » !

Dernière modification : 28/11/2011

Haut de page