Stéphane Bertolino, un harmoniciste de talent qui brille dans le Sud-est américain

JPEG - 47.3 ko

Alors que Stéphane Bertolino s’apprête à répondre à nos questions depuis sa ville natale de Toulouse, il est au beau milieu de l’écoute d’un album de jazz. « La musique, c’est ma passion », dit-il tout en baissant le volume pour nous parler de son groupe de blues AWEK et du prix de « Meilleur Harmoniciste » qu’il a reçu en février dernier dans le cadre du "International Blues Challenge" de Memphis, dans le Tennessee.

Stéphane Bertolino vient d’une famille de musiciens, l’exposant à cette discipline dès son plus jeune âge. C’est à 16 ans, dans la ville rose, qu’il a découvert sa passion, dans un club de musique où jouaient un harmoniciste et un pianiste. « Le son qui est sorti de cet harmonica là, ça m’a vraiment transformé… Je me suis dit, c’est ça que je veux faire, c’est ça que je veux jouer. Ce son m’a complètement paralysé. »

Le lendemain, Stéphane achète son premier harmonica et apprend seul à jouer de cet instrument. Sans formation, il écoute en boucle des cassettes de jazz et de blues et essaye d’en reproduire les sons : « Je me mettais là avec ma chaîne hi-fi, en appuyant sur stop / play / stop / play, jusqu’à reproduire les sons entendus ».

C’est au début des années 2000 que Stéphane rencontre les musiciens de son groupe AWEK - le chanteur et guitariste Bernard Sellam, Joël Ferron à la basse et Olivier Trebel aux percussions - avec lesquels une connexion immédiate se forme. Sept albums et quelques centaines de concerts plus tard, AWEK est aujourd’hui un groupe de blues de renom des deux côtés de l’Atlantique. Le critique américain de la revue the Blues Country and Rock ‘n Roll, Serge Sciboz, décrit ainsi le style du groupe comme « un cocktail explosif, un subtil mélange de groove et d’émotions, mêlant clacissisme et originalité, passion et sobriété, orthodoxie et singularité ». En 2011, le dernier album du groupe, It’s Rollin’, enregistré à Austin, au Texas, leur a value une seconde invitation au festival international de la capitale du blues, Memphis.

Stéphane avoue avoir été surpris d’apprendre l’existence d’un prix consacré aux harmonicistes, et, surtout, d’apprendre en avoir été le gagnant ! Il s’est ainsi rendu sur la scène pour accepter ce prix des mains du talentueux Lee Oskar, rendant hommage à sa grand-mère récemment décédée et, bien sûr, à ses acolytes. « Pourtant, la musique n’est pas une compétition. On le fait parce qu’on l’aime » précise-t-il.

Que nous préparent donc Stéphane Bertolino et son groupe pour la suite ? Après Memphis, nos musiciens se rendront à Berlin pour participer à l’"European Blues Challenge" et préparent d’ores-et-déjà leur 8ème album qu’ils espèrent peut-être enregistrer en Californie, et pour sûr aux Etats-Unis.

Pour tout complément d’informations sur le groupe AWEK : http://www.awekblues.com/accueil.htm

Dernière modification : 29/03/2011

Haut de page