Paul Mardikian et Philippe de Viviès, conservateurs au Clemson Conservation Center

Au mois de février, Paul Mardikian et Philippe de Viviès, respectivement Conservateur en chef et Conservateur pour le projet Hunley, sont à l’honneur de notre nouvelle rubrique.

Sous-marin coulé en 1864 au large de Charleston, le Hunley a été découvert en 1995. Pendant huit ans, une équipe d’experts a travaillé sur son renflouement et sa fouille archéologique. Financé par le Ministère de la Défense Américaine et par des fonds privés, le projet Hunley est géré par l’association « Friends of the Hunley », association rattachée depuis mars dernier au Clemson University Conservation Center (School of Materials Science and Engineering).

JPEG Après des études d’Archéologie classique et de Muséologie à l’Ecole du Louvre, Paul Mardikian entre en 1990 à la Sorbonne, où il obtient une Maîtrise de Sciences et Techniques en Conservation du Patrimoine. Spécialiste du patrimoine archéologique sous-marin, il travaille pendant plusieurs années au sein du Laboratoire Velectra (Electricité de France), chargé de la conservation d’objets provenant de l’épave du Titanic. Originaire de la région parisienne, Paul est un globe-trotter : il voyage au Canada, où il collabore avec le service des parcs canadiens, et en Australie, où il rejoint l’équipe du Western Australian Maritime Museum. En France, il travaille sur l’exploitation de l’épave de l’Alabama, navire américain coulé au large de Cherbourg en 1864. Il rencontre alors des experts de l’US Navy. Après la découverte du sous-marin Hunley, l’agence américaine fait de nouveau appel à lui. Emballé par le projet, Paul Mardikian quitte la France et s’installe à Charleston, où il y vit maintenant depuis 8 ans. Se présentant comme un « mercenaire de la conservation archéologique sous-marine », Paul Mardikian est aussi un artiste. A la fois peintre et sculpteur, quatre de ses œuvres sont récemment entrées au sein de la collection de la Medical University of South Carolina. Du 1er au 29 février 2008, il expose ses œuvres à la galerie Corrigan, à Charleston. Pour en savoir plus sur cet événement, cliquez ici.

JPEG Tout comme Paul Mardikian, Philippe de Viviès est titulaire de la Maîtrise de Sciences et Techniques en Conservation du Patrimoine de la Sorbonne. Né à Aix-en-Provence, Philippe voyage depuis son plus jeune âge. Après avoir habité aux quatre coins de la France (en Savoie, dans le Pas-de-Calais et le Midi-Pyrénées), il travaille à Alexandrie, en Egypte, auprès de Jean-Yves Empereur, Directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). En contact avec Paul Mardikian depuis plusieurs années, Philippe rejoint le projet Hunley dans le cadre de son stage de fin d’études. Censé rester à Charleston pour une période de six mois, Philippe y demeure pendant sept ans. Passionné par son travail, il souhaite désormais « développer en France un savoir-faire acquis aux Etats-Unis ». En effet, Philippe a pour ambition de créer à Arles un centre méditerranéen de conservation, de restauration, d’expertise et de recherche dans le domaine des patrimoines maritimes. « Avec Hunley, nous avons développé des techniques innovantes de stabilisation des métaux pour le traitement des objets archéologiques, encore jamais utilisées ailleurs. Je souhaite à présent importer ces techniques en Europe », affirme Philippe. Son projet, sur lequel il travaille depuis deux ans, a récemment été couronné par le programme Young Entrepreneurs Initiative de l’Ambassade de France aux Etats-Unis. Prévoyant un retour en France au mois de juin, Philippe et son collaborateur Jean-Bernard Memet, déjà sur place, recevront ainsi une aide financière et un « mentoring » personnalisé.

Bien qu’occupés à plein temps par le sous-marin Hunley, Paul et Philippe ne sont pas à cours d’activités. Concentré sur son projet de création d’entreprise, Philippe a déjà établi, dans cette perspective, plusieurs partenariats, notamment avec le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines, organisme dépendant du Ministère de la Culture français. Paul, de son côté, passe une partie importante de son temps à enseigner dans différents programmes de conservation du patrimoine aux Etats-Unis. Il prépare actuellement une conférence internationale qui aura lieu à Charleston en 2010 et dont le thème majeur sera « la conservation du patrimoine métallique », contribuant ainsi à faire de la Caroline du Sud un pôle d’excellence du Sud-est américain.

Dernière modification : 21/03/2011

Haut de page